Voile, JO 2008, Medal Race Yngling : communiqué Effets Mer-FFV

Extraits du communiqué Effets Mer-FFV du 17 Août (pour lire le communiqué complet, cliquer sur l’image ou sur le lien) :

Les navigateurs habitués au passage d’une dépression en Manche n’auront pas été dépaysés aujourd’hui à Qingdao. Au passage d’une perturbation somme toute classique donc, le vent a soufflé fort – largement jusqu’à 25 nœuds dans les rafales-, la mer a suivi et la pluie s’est mise au diapason. Bref, pas un temps à mettre une jonque dehors. Les dériveurs, quillards, catamarans et autres planches ont eux régaté. Pas toujours facilement il est vrai en raison du vent mais surtout d’une mer forte – pas facile dans ces conditions pour mouiller un bateau comité – et de la pluie qui a souvent réduit à néant la visibilité.

Les Medal races n’en ont pas moins eu lieu sous un vrai déluge. Dans la première, les tricolores ont subi une attaque russe dont elles se souviendront. Quelques secondes après le départ, l’équipage français de Yngling subissait un refus de priorité manifeste qui à cette vitesse ne pardonna pas. Trou dans la coque des tricolores qui ne purent défendre sérieusement leurs chances de podium. Replacées à la 5ème place du général par le Jury, Anne Le Helley, Julie Gerecht et Catherine Lepesant avaient du mal à s’en satisfaire tant l’impression de ne pas être passé loin de la médaille était encore vive ce soir. Les jeunes femmes font cependant mieux que leur ambition minimale – 6ème. Avec une belle victoire de manche en prime. L’équipage barré par Sarah Ayton remportait aisément son duel sur les Hollandaises en offrant une première médaille d’or à la Grande-Bretagne.

La 5ème place de Anne le Helley, Julie Gerecht et Catherine Lepesant en Yngling
Hier soir, les Françaises étaient décidées et revendiquaient fièrement cette devise volontariste qu’elles se sont données depuis un an : « quelque soit le temps annoncé, demain c’est notre temps ». Anne Le Helley que l’on disait naguère peu à l’aise dans la brise préférait valoriser son foc de brise. Et rappelait justement les progrès de l’équipage tricolore dans les vents forts. Tout allait bien. Le premier bord de près des Yngling dans 20 nœuds de vent et sous la pluie les voyait décalées sous le vent de la flotte mais assez largement en avant des leaders. On déchantait vite dans les minutes qui suivaient en les voyant battues en vitesse pure. Déficit au près ? Nullement, mais pour comprendre, il faut revenir en arrière, quelques mètres après le départ. Sur les écrans des TV, on voit, légèrement masqué par les Britanniques, le voilier français virer soudainement et repartir en arrière. Julie lève la main. Ce qui a échappé à la caméra, c’est la raison précise de ce « décrochage » en catastrophe : l’équipage russe vient tout simplement de refuser une priorité aux Françaises en s’encastrant littéralement dans leur bateau ! Résultat : un trou important sur l’arrière de la coque bâbord amure. Du coup, victime de cette voie d’eau, le quillard tricolore est non seulement parti attardé mais, en plus, n’a pas cessé d’embarquer des paquets de mer pendant la manche. Ainsi alourdi, il lui devenait difficile de rivaliser en vitesse pure. Les Françaises auront pourtant tout tenté en passant 5ème à la première marque mais ne cesseront ensuite de reculer pour franchir la ligne en 8ème position ce qui leur donnait alors la 7ème place au général. A terre, sous une pluie redoublante de force, elles ont attendu le résultat de leur réclamation pour yacht lésé. Le jury n’a pu que leur donner raison en décidant de les reclasser à leur rang d’avant Medal race, soit 5ème au général à égalité de points avec les Allemandes 4ème. Une justice qui n’atténue guère la peine d’Anne, Julie et Catherine qui n’auront pu disputer normalement leurs chances de podium ! Elles finissent toutefois à une bonne 5ème place. D’autant plus méritoire que l’équipage n’existait pas il y a un an du fait d’une opération chirurgicale subie par Anne le Helley et du départ de Marion Deplanque, équipière de la rochelaise à Athènes, remplacée peu après par Julie Gerecht.

Interview de Anne Le Helley (barreuse) : C’est différent d’Athènes où j’ai effectivement terminé 5ème. Ici les deux premières ont été vraiment régulières. Avec mon équipage de l’époque, on excellait dans le petit temps mais on ne savait pas naviguer dans la brise. Ce n’est plus le cas aujourd’hui où la brise ne nous faisait pas plus peur que le petit temps. J’ai l’impression que nous sommes passées bien plus près de la médaille. Avant de débuter la compétition, notre équipage qui est récent ne savait pas trop où il se situait. A la première régate, on savait qu’on pouvait prétendre au podium. C’est rageant de n’avoir pas pu disputer normalement notre chance aujourd’hui. C’est vrai qu’on perd aussi des points en début de championnat. Mais il y a un an cet équipage n’existait pas, en septembre dernier j’étais opérée et en novembre, on naviguait pour la première fois ensemble. Il nous aura peut-être juste manqué des régates.

Interview de Julie Gerecht : A chaud, c’est la déception qui domine car nous n’avons pas pu faire la course comme nous voulions la faire ce matin. On se prépare depuis deux jours, on était bien. Les Russes nous refusent la priorité et nous tapent si violemment qu’on recule et que l’on vire sous le choc ! Elles réparent mais franchement, elles auraient du ne pas poursuivre devant une faute de cet ordre. Nous avons été arrêtées et puis ensuite, avec l’eau qui rentrait, on n’a pas cessé d’être handicapées ! C’est sur que l’on a raté le podium à d’autres moments du championnat aussi mais on était encore largement dans le coup ce matin. On est quand même contentes d’être là car avant la course on s’était fixé un objectif minimal de 6ème. Je pense que beaucoup dans la flotte ne nous attendaient pas à cette place.

Catherine Lepesant : Je voulais déjà dire que malgré des conditions pas toujours faciles, le comité de course a été très bon en nous permettant de courir de belles manches. A chaud, je suis évidemment un peu déçue de ne pas avoir pu nous exprimer dans la Medal Race. Mais je me souviens aussi qu’il y a un an jour pour jour, notre équipage n’existait pas. C’est aussi une belle aventure humaine entre nous.

Classement final des Yngling
Médaille d’or : Ayton/Webb/Wilson (GBR) : 24 points
Médaille d’argent : Mulder/Bes/Witteveen (NED) : 31 pts
Médaille de bronze : Bekatorou/Papadopoulou/Kravarioti (GRE) : 48 pts
4ème Schuemann/Hoepfner/Bleck (Ger) : 56 pts
5ème Anne Le Helley (SR.Rochelaises), Julie Gerecht (SN St Quay Portrieux/équipe de France Militaire), Catherine Lepesant (SRR) : 56 points

Publicités

Une Réponse to “Voile, JO 2008, Medal Race Yngling : communiqué Effets Mer-FFV”

  1. weill Says:

    Bravo pour cette place et vôtre sang froid pendant la epronage nous vous suivons de Cape Cod
    Amitiees Christine et Pierre Alain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :